Sinaloa-sur-Seine

Me defino sinaloense y bohemio. Si debo añadir algo más, citaría a René Char: "Creo en la magia y la autoridad de las palabras".


2 comentarios

Jadis

Plus d’un est surpris que dans ma tête ne restent que les mots de la fin de la dernière conversation que j’ai eu avec eux. Cela peut être un “les gens qui viennent aux bars du Canal St-Martin ont des cheveux aux tons châtains roussâtres”, ou un “non, y’a pas d’épicerie plus haut… mais à l’angle avec Pyrénées, il y a un supermarché”, ou un “salut, et n’oublie pas de dire à Gilbert de nous préparer du Diesel au Tulamore Dew”… Cette vie est si excitante que le récit ressemble à une chronique des chiens écrasés.